Qui êtes-vous ?

Ma photo
Une décoratrice de vitrines, aux multiples intérêts, que vous découvrirez au fur et à mesure du déroulement du blog !

Portail des artisans de Suisse romande.


Bienvenue sur le site des artisans de Suisse Romande.

Ma page personnelle : Béatrice Rouge


Autres blogs : Le japon que j'aime


Cliquer sur le bleu pour *atterrir sur les différemts blogs.






Concepteurs web








Membres bienvenue sur mon blog

TRANSLATE

mardi 15 septembre 2009

Bienvenue à la nouvelle blogeuse genevoise, sur mon blog.

Tout étonnée de découvrir une blogeuses de Genève.
Et céramiste en plus !
Comment avez -vous découvert ce blog ?

17 commentaires:

  1. Par le biais de mes recherches sur les perles. Comme je vous l'ai dit, je crée des colliers actuellement et me passionne pour l'histoire des perles. J'ai fait l'école de céramique de Vevey entre 1972-1976 et j'ai exploité un atelier-galerie dans cette même ville de 1977-1982.Je connais donc bien la riviera vaudoise, mais par contre j'ai perdu contact avec le milieu de la céramique. Suis épatée par les nombreux centres d'intérêt que vous manifestez. si j'ai bien compris, vous partez bientôt pour le Japon. J'ai vendu à une époques des haoris, kimonos et kimonos de mariage à Genève et c'est aussi un art extraordinaire plein de codes et de symboles. J'avoue que le japon est fascinant et que j'aimerai bien y aller un jour.
    Votre blog me donne presque envie d'en faire un. Pour l'instant je me limite à une galerie sur Artmajeur. Vous pouvez y trouver mes aquarelles et colliers.Lien:
    http://www.artmajeur.com/index.php?go=user_pages/display_all&login=kashan
    Au plaisir de suivre vos péripéties et nombreuses découvertes!
    mireille

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour chère dame.
    En 1972 je rentrais de Minorca où j'ai vécu 1 année et demie, après avoir vécu à Londres. En tout 5 ans en dehors de la Suisse.
    Pour les références sur les perles,(certaines), vous avez du voir des couvertures de bouquins sur le blog.
    Suis allée au japon pour la première fois au championnat mondial d'orpaillage qui avait lieux dans la grande isle d'Okkaido, pour continuer le périple, seule, jusqu'à Osaka.En prenant le tunnel sous la mer, une nuit entière. ce tunnel existait bien avant le *Nôtre *.
    Dans la rue les gens me demandaient * what are you doing alone in Japan. Je ne pouvais pas m'attendre à ce qu'il connaissent le mot * goldpanning*, je leurs montrais le badge * ah, on a vu à la télévision. Ce championnat mondial d'orpaillage avait lieu pour la première fois en Asie et la télé japonaise avait donc couvert l'événement. je pourrais vous en raconter toute une nuit, comme shéréazade, sans me lasser.

    Vos colliers sont intéressants. vous étiez ou une Egyptienne, ou une Astèque dans une vie antérieure.

    J'ai des perles de Venise et indiennes à vous vendre, car j'utilise plus les pierres fines actuellement. je serais au marché du premier dimanche de chaque mois, à la place de la Riponne le 6 décembre, avec mes perles.
    Béatrice

    RépondreSupprimer
  3. Formidable, une grande voyageuse! moi j'ai passé une année entere l'Inde, le Népal et le Sri Lanka de 1982-1983. Cela a changé ma vie et ma vision de la vie. Depuis, je n'ai pas bcoup bougé, car mère de 2 enfants (qui ont maintenant 17 et 19 ans ) dont je m'occupe seule. Älors je voyage avec l'art et les perles!
    Je pense venir le 6 décembre au marché de Lausanne faire votre connaissance et voir vos perles. Pour les livres, oui, j'ai vu sur votre blog et suis allée consulter le site du Musée Picard. Absolument extraordinaire!!! merci pour ce lien qui correspond exactement à ce que je cherchais et je vais essayer de leur passer une commande dès que j'aurais un peu plus de fond.Leur prix sont vraiment plus que corrects et leur perles tchèques et africaines de belles qualités et originales.
    J'ai eu l'occasion l'hiver dernier d'aller voir de la famille à Lomé au Togo une dizaine de jours et j'ai pu acheter des perles krobos du Ghana et des perles en bronze à la cire perdue sur les marchés. Mais difficile en si peu de temps de trouver des perles anciennes.
    Pour les vies passées, on peut tout imaginer...
    Dites moi, comment arrives t'on à vivre de la décoration de nos jours? ma fille aimerait faire une école de décoration d'intérieur et tout le monde me dit qu'il n'y a pas de débouché...
    Cordialement!

    RépondreSupprimer
  4. Mon grand commentaire n'est pas passé avec le fâcheux message * vous nêtes pas connecté sur internet.*. Heureusement qu'une voisine s'y connaît... mais le message n'a pas été sauvé ZUT !

    RépondreSupprimer
  5. Formidable d'avoir pu voyager 1 année entière. J'ai des copines qui l'ont fait. A lépoque je n'étais pas salariée, je ne pouvais pas partir plus de 3 semaines. Je suis quand même allée en Inde 4 fois.
    Les picards sont des gens extraordinaires. Ils ont commencé le commerce des perles à la période hippy.Ce qui m'étonne c'est qu'ils en ont encore à vendre. Il ont passé par Lausanne sans m'avertir et n'ont pas pu m'atteindre. Dommage.

    Au marché du samedi de Genève, il y avait une dame d'un certain âge qui vendait des perles anciennes.Il y a belle lurette que je ne suis plus venue à Genève le samedi. Demandez *la Comtesse*. Peut-être n'est-elle plus là. Le samedi aussi, à la place de la Riponne, Aminetou vend, entre autres, des perles anciennes, quand elle en a. Elle dit qu'elles sont de plus en plus difficile à trouver. Même à Paris, aux puces, le stock de l'africain n'est plus ce qu'il était !
    Aminetou a vendu un collier de chevron de toute beauté, la peau des fesses. Même du temps du troc, cette perle était chère. Il fallait avoir pas mal d'esclaves à échanger pour en obtenir. les natifs du bord de mer allaient faire des razzia ( mot arabe) à l'intérieur des terre, enchainaient les captifs qui devaient marcher avant d'être parqués comme des animaux. La grande *maison* est encore visible sur l'îsle de Gorée. Parqués là avant d'embarquer sur les navires des blancs.

    Un journaliste d'ici à voulu faire un reportage sur cette période. Il s'est vu refuser l'accès aux archives d'une grande famille neuchâteloise. Même sans mer, la Suisse à aussi eu ses marchands d'esclaves.
    Au Brésil, dans un village en dehors de Recife, un Africain aux yeux bleus, m'a montré la maison où les noirs dormaient. Une *maison * à une fenêtre tellement petite que le manque d'air devait être permanent. A Salvador de Baya, j'ai vu les traces au sol, du poteau qui a vu les noirs attachés et battus devant tout le monde. A Ouro Preto, le sous-sol d'une *maison de maître*ou devaient dormir à même le sol, sur des pavés irréguliers les Africains devenus esclaves, ceux là même qui ont été obligé s de paver les rues. Et si ces pavés font actuellement un des charmes de la ville, je ne peu pas m'empêcher de penser, quand je tiens entre les mains ces perles, aux souffrances indescriptibles de ces africains déracinés et exploités. A Ouro Pretto, il y avait beaucoup de mines d'or et de pierres précieuses. Par chance , j'ai pu visiter une mine de topazes en plus des mines transformées en attraction touristique.Impressionnant !

    Béatrice.

    RépondreSupprimer
  6. Vivre de la décoration ? Je me suis pas mal débrouillée. Je suis décoratrice de vitrines. Pendant longtemps j'ai monté les vitrines de l'opticienne De Founès à la route de Berne, à Genève. Bien sûr tout le monde économise, et l'on croit pouvoir se passer d'une déco et faire sois-même. Petit à petit je me suis faite une clientèle de pharmacies, où je fais tourner les vitrines que je fais à Romont, à la ph. de la Tête noire. Quand vous venez à lausanne allez voir celle du Théâtre, tout en haut de l'avenue de la gare, et à gauche. Il y a une vitrine * ne perdez pas la boule*... sur le foot. Des photos dans ce blog sauf erreur. Le 6 décembre il y aura la vitrine de Noël. La dernière dans cette pharmacie. La grande direction veut changer de concept en y mettant des panneaux publicitaires comme tout le monde. Et pourtant, je sais que des personnes viennent tout exprès acheter leurs médicaments là, pour voir les vitrines. Même si elles habitent de l'autre côté de la ville. Je sais aussi que des gens s'arrêtent à cette station du bus pour voir la vitrine et reprendre le prochain bus. Quand les gens me voient travailler là, les compliments pleuvent. Tout ceci sans fausse modestie.
    Dites à votre fille que , de toutes manières qu'il y aura toujours des gens pour dire qu'il n'y a pas de débouché, à n'importe quelle période. Si elle doit faire ça, elle le fera et trouvera elle-même les débouchés.
    Mon père voulait *faire décorateur*. ma grand mère a écouté les commentaires du directeur du collège de Vevey en son temps : madame R. Vous n'allez pas mettre votre fils avec ces éberlués*. L'école était de l'autre côté de la cour. bien sûr les élèves se prenaient pour des artistes, ce qui choquait CE directeur. Mon père était très bricoleur, il aurait fait un bon décorateur. Hélas à cause d'un imbécile son destin a basculé.
    Béatrice

    RépondreSupprimer
  7. Rectification... A l'époque, j'étais salariée et ne pouvais m'échapper plus de 3 semaines.

    Le coup de pied au derrière, m'a été donné par le chômage. La dernière crise. Mon employeur, un atelier où nous réalisions tous les décors de séries pour Oméga et Tissot. Ceux que vous voyez dans les vitrines d'horlogers,donnait le congé à tous les gros salaires comme les décorateurs d'intérieur ( sic ), qui rénovait les magasins. ensuite à tous ceux qui étaient arrivé en dernier, dont moi. A l'époque, j'étais loin de penser qu'un jour je serais à mon compte. Et bien, c'est le chômage qui a participé à mon lancement. En hivers,les dimanches, j'allais dans les rues désertes, par un froid de canard, voir où je pourrais aller prospecter sans piquer le travail à quelqu'un. Bien sûr, bien des concours de circonstance m'ont fait obtenir des clients. Je ne crois pas au hasard. Avec le recul je considère que j'ai eu beaucoup de chance, ou, j'ai su la saisir au vol.

    Béatrice.

    RépondreSupprimer
  8. C'est vrai qu'une année c'est super, mais le retour est rude. Je me suis tellement immergée dans cette culture et j'ai tellement oublié mes références que j'ai eu l'impression d'être partie 10 ans, et il me semblait qu'ici, rien n'avait bougé ni changé.
    Pour les Picard, je pense qu'ils ont des fournisseurs sur place en Afrique, à moins qu'ils aient un énorme stock. Avez-vous été contente de votre commande de perles? ou pourrait-on se dire "tu"??? plus simple non?

    Pour la dame aux puces, je pense qu'elle est dcdée, mais c'est son fils qui doit avoir repris les perles, car j'achète parfois à un gars qui a une stand à Plainpalais qui a des perles anciennes et qui me dit tjs que c'était à sa mère.
    Une de mes amies métis part au sénégal ds un mois et va justement sur l'île de Gorée, car très concernée par l'hisoire des esclaves.
    J'ai d'ailleurs appelé ma ligne de collier "ANEHO", car c'est l'ancienne capitale du Togo et que c'est de là aussi que partaient les esclaves et là qu'ils sont revenus.

    RépondreSupprimer
  9. Hello.

    Aussi trouvé des perles des Philippines dans mon stock.
    Je que je présumais concernant la *comtesse* doit être vrais. Comme tu dis, elle est décédée, elle n'étais plus toute jeune, mais encore sexy.

    Je n'ai jamais commandé de perles aux Picards. La douane doit être exorbitante et le poids de la poste aussi. J'ai fais du public relation avec eux, envoyant des photos de colliers, de perles achetées dont j'ignorais la provenance.

    Dis à ton amie de tirer une photo de la *maison* sur l'isles de Gorée. J'ai entendu parler d'un homme qui vend des perles sur l'isles. Mais il y a longtemps.
    Des esclaves revenus ? Je ne suis pas au courant.

    RépondreSupprimer
  10. Je vais lui dire. J'ai vu un article sur une femme blanche qui vit sur cette île, collectionne les perles anciennes et fait des colliers. mais elle voyage bcoup et n'est pas tjs là. Pour les perles de l'étranger, je me les fait envoyer en France chezune amie, car bcoup moins de taxe qu'en Suisse.
    A propos. Je pense faire une expo de colliers ou un évènement avant la fin de l'année et je cherche des bustes ou des mannequins de couture ou de vitrine. Sais-tu ou je pourrais en louer ou me faire prêter? car j'ai pas mal de longs sautoirs et sur des bustes ça ne rend pas.
    Merci d'avance!

    RépondreSupprimer
  11. Pour tes peintures et tes colliers, mets toi en rapport avec la galerie du Jorat :cliquer , * galerie du jorat *, Le 2ème.
    D'après ce que j'ai pu voir, tes peintures devraient leurs plaire.

    Tu peux mentionner mon nom. Mes colliers sont trop chers pour là-bas. Mais Madame Vollmy en possède un magnifique.

    Je n'ai pas de bustes à prêter. Fais les toi-même en sciant des formes en bois, plus adaptés pour des sautoirs.

    Quand aux perles de monnaie d'échange, j'ai aussi réalisé une vitrine sur le sujet. Les gens évidemment voulaient acheter les perles en vitrine.

    Béatrice.

    RépondreSupprimer
  12. Il y a une expo à la galerie du Jorat, avec vernissage le vendredi 2 octobre. Jusqu'au 25 octobre.

    Mézière, en face du théatre.Le fameux théâtre de bois.

    Béatrice.

    RépondreSupprimer
  13. Merci, je vais étudier ça de prêt. Comment sont les perles des philippines? je ne vois à quoi ça ressemble,ça m'intéresse!

    RépondreSupprimer
  14. Il me viens une idée lumineuse. Pourquoi ne viendrais-tu pas à Nyion, p our le concert tango, Gabriella Bergallo ,D'Argentine. Noua y serons déjà à 19 hh, pour avoir une bonne place, malgré les billets réservés. Concert à 20 h. au théâtre du Funambule à Nyon.

    Les perles sont dans la voiture. Béatrice.

    RépondreSupprimer
  15. Désolée, mais ne suis pas là ce w-e. Serai en France chez des amis. Mais je peu faire un saut à lausanne avec plaisir un de ces w-e au mois d'octobre.
    Est-ce qu'il y a des photos de la vitrine de perles dans ton blog? elle devait être superbe!

    RépondreSupprimer
  16. oui ma chère, bien sûr qu'il exciste des photos de la vitrine sur les perles, mais elles sont encore en argentique et ne pense pas avoir le temps de les scacner pour le moment.. Peut-être un jour.

    Au mois d'octobre, je suis au Japon ! Noue en restons au 6 décembre, je ne pense pas avoir l'occasion de vendre des perles d'ici-là ! moins que je les prenne au Japon, il y a des collectionneurs là-bà. J'ai vu, chez un antiquaire, un rang de millefiories pour 1000.- suisses .C'est une idée de prendre les miennes... histoire de payer le voyage.
    Béatrice.

    RépondreSupprimer
  17. 1000.- CHF, c'est 10 x plus cher qu'ici!!! en effet cela vaudrait la peine pour toi, même si je rate peut-être une super affaire...le temps passe si vite et la semaine prochaine j'ai plein de rv avec des espaces pour voir si expo possible. Comme je travaille à 100% dans l'administratif la semaine pour assurer le beefsteack, tu vois ce qu'il me reste pour chercher des perles, faire les colliers, prospecter, vendre et exposer...
    Le japon!!! quel chance tu as! Combien de temps reste-tu? J'ai voulu acheter du thé vert en poudre l'autre jour, mais 24.- les 100gr...
    As-tu lu les livres d'Amélie Nothomb qu se passent au japon? j'en ai lu deux récemment.

    RépondreSupprimer